Collège du Tonkin

Villeurbanne

Accueil > Actualités > Culture > Danser, écrire : Allegria, une comédie dansée

Danser, écrire : Allegria, une comédie dansée

mardi 12 novembre 2019, par M. Briand

Le 26 septembre 2019, les élèves de la classe de 6e 2 sont allés à la Maison de la Danse, dans le cadre du projet Danser-Ecrire, et ont assisté au spectacle « Allegria » de Kader Attou. Toute la classe a adoré :

Kaïna, Ourida :
Kader Attou est un grand chorégraphe de hip-hop et de danse contemporaine. Ses pièces tournent dans le monde et mélangent hip-hop, arts du cirque, danse contemporaine et image. En 1989, Kader Attou et Mourad Merzouki fondent la compagnie Accrorap, qui se caractérise par une grande ouverture. En 2008, Kader Attou est nommé directeur du centre chorégraphique national de La Rochelle. En 2015, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur.

Seloua :
La musique était variée : il y avait de la musique classique, de l’opéra, elle était souvent rythmée rythmée, parfois lente, presque trop, et donnait une impression de suspens.

Charlène, Redouane :
Au début, la scène était cachée par de grands rideaux noirs qui sont tombés, comme si le vent les emportait, laissant apparaître une deuxième partie du plateau. Le décor était assez simple, beau et coloré et il a changé plusieurs fois. Il y a eu de la fumée, une sorte de valise magique où les danseurs pouvaient entrer et sortir, ce qui était très amusant et vers la fin des vagues de tissu sont apparues, qui ont stupéfait et émerveillé tout le monde.

Lorane, Naëlle :
Les costumes étaient tous différents, de couleurs vives et très élégants. Certains danseurs ressemblaient à des gentlemans ou des hommes d’affaires : ils portaient des pantalons classiques de costume, des gilets noirs sur des chemises ouvertes. D’autres étaient très drôles.

Lina :
Les danseurs sont entrés sur scène dans le noir complet. Soudain, la lumière les a éclairés, elle changeait au rythme de la musique, avec des couleurs variées, parfois en douche, verticalement sur les danseurs.

Medi, Gino :
La danse était très énergique avec des acrobaties synchronisées et rythmées, du break, du hip-hop, des passages au sol, des glissades et des saltos.

Nolan, Gabriel :
Le spectacle est constitué de petites histoires de dix minutes environ, auxquelles participent tous les danseurs. A chaque fois, un est rejeté, on se moque de lui, il est souvent seul contre tous, ils se disputent, parfois se bagarrent et à la fin, ils se réconcilient, deviennent amis, et dansent ensemble . Il y a par exemple l’histoire de la valise magique. Ils se battent pour savoir ce qu’il y a dans la valise. Enfin, un des danseurs l’ouvre et y trouve un livre. Déçu, il le rejette dans la valise, mais le livre en ressort aussitôt comme si quelqu’un le lui avait renvoyé ! Il recommence et ce sont des ballons puis plusieurs danseurs qui sortent de la valise ! En fait, il y avait une trappe sous la valise. C’était très rigolo !

Redouane, Lina, Jessy :
Ce fut un grand plaisir. Les acrobaties nous ont fascinés. Pourtant au début, quand les danseurs commencent par rejeter un personnage, on éprouve de la tristesse. Ensuite, ils se regroupent et on se sent excités, on a envie de rire et danser avec eux. Ce spectacle très coloré, drôle, plein de bonne humeur collective, rend heureux. Il est vraiment magnifique, avec plein de choses très belles, et aussi du suspens. Allegria nous dit que ça ne sert à rien de se disputer, il vaut mieux s’amuser ensemble. Le spectacle montre la joie qu’on éprouve en jouant à plusieurs.

Samuel, Yancoub :
Nous aimerions savoir combien de temps ils ont mis pour réaliser le spectacle. Une semaine ou un an ? Comment ont-ils inventé la chorégraphie ? Kader Attou tout seul ou tous ensemble ? Comment fait-on pour pour retenir une chorégraphie. Se connaissaient-ils avant le spectacle ? Est-ce qu’ils sont amis ? Enfin est-ce que les chutes sont faites exprès ?